une compagnie d’assurances renaît comme un phénix des cendres de Fortis: banque et assurances: Ageas se distingue

Les banques et compagnies d’assurances étaient des employeurs très attractifs jusqu’en 2007. Aujourd’hui, elles subissent toujours les conséquences de la crise financière. Ageas est l’exception qui confirme la règle.

 

des plans stratégiques sur trois ans doivent renforcer Ageas en tant qu’organisation

Cette année, la banque et les assurances occupent la 8e position dans le classement des secteurs les plus attrayants du point de vue de l’emploi. Loin du Top 4 qu’elles n’avaient jamais quitté jusqu’à la crise de 2007. Et de nombreuses années s’écouleront encore avant que les banquiers et assureurs redeviennent des employeurs réellement attractifs, estime-t-on chez Randstad.

Ageas démontre cependant qu’il y a toujours des exceptions à la règle. Le groupe d’assurances né des cendres de Fortis se concentre sur les marchés belge (via AG Insurance), européen et asiatique.

"Le secteur financier a effectivement vu son image se dégrader mais nous sommes parvenus à inverser la tendance", affirme Bart De Smet. Le CEO d’Ageas a suivi pour cela une recette efficace. "Nous expliquons clairement à nos collaborateurs et au monde extérieur les valeurs que nous défendons. Respect mutuel, transparence et communication honnête – tant pour les bonnes que pour les mauvaises nouvelles – et proactivité sont les bases sur lesquelles nous opérons. Tous nos salariés ont la possibilité de dire ce qu’ils pensent, quels que soient leur département et leur position. Nous attendons cependant d’eux qu’ils prennent l’initiative et n’attendent pas que quelqu’un leur dise ce qu’ils doivent faire. Nous avons considérablement raccourci la distance entre la base et le sommet."

"Nos collaborateurs ne doivent pas attendre qu’on leur dise ce qu’ils doivent faire." - Bart De Smet, CEO d’Ageas

succès

Ageas travaille sur un plan d’action destiné à renforcer l’entreprise. "Nous voulons consolider notre organisation, dynamiser notre image et augmenter notre attractivité en tant qu’employeur dans le cadre de plans stratégiques sur trois ans", énumère Bart De Smet. "Nous avons déblayé les décombres du passé et réalisé des expansions positives, notamment en Asie. Financièrement sains, nous ne sommes pas obnubilés par nos actionnaires: nous tenons également compte de nos collaborateurs, de nos clients et de la société dans son ensemble."

Grâce à cette approche, Ageas n’éprouve guère de difficultés à séduire de nouveaux collaborateurs, souligne le CEO. Y compris pour des profils juridiques, financiers et d’analyse des risques, qui se font rares sur le marché du travail.

"Ageas intéresse également des personnes extérieures au secteur des assurances, des marketeers stratégiques et des analystes données par exemple. Chez AG Insurance, nous trouvons même assez facilement des Belges tentés par une carrière internationale, au Portugal, en Italie, en Asie, etc. Nous recevons énormément de candidatures spontanées."

 

mesurer, c’est savoir

Ageas sonde le bien-être de ses collaborateurs deux fois par an. Selon l’enquête la plus récente, plus de 75% d’entre eux sont fiers de travailler pour l’entreprise. Et plus de huit collaborateurs sur dix apprécient les membres de leur équipe.

Une enquête internationale a toutefois révélé qu’Ageas avait encore du pain sur la planche en matière de relations avec ses clients. "Fondamentalement, nous sommes une entreprise B2B2C: nos produits arrivent chez le client final par le biais de courtiers, d’agents et d’agences bancaires", réagit Bart De Smet. "Aujourd’hui, nous désirons intensifier nos interactions avec le client final en collaboration avec nos partenaires de la distribution. Nous y travaillons via l’Ageas Academy, où nous développons des programmes qui aident nos collaborateurs à s’adresser au client final." 


 disclaimer

Plus grand prestataire de services de ressources humaines du pays, Randstad estime qu'il est essentiel, par le biais de ce blog, d'aborder sous plusieurs angles divers sujets liés au monde du travail. Cela implique que nous ne souscrivons pas systématiquement aux points de vue des spécialistes qui ont rédigé les articles.