vie_privée
vie_privée

Comme en 2008 et en 2014, Randstad Research a mené une enquête sur l’imbrication de notre vie professionnelle et de notre vie privée en 2023. Cette année encore, 2 000 personnes ont été interrogées. Découvrez les résultats de l’enquête.

les résultats précédents

Cette étude a déjà été réalisée à deux reprises. La première fois (en 2008), nous avons constaté un grand entrelacement entre le travail et la vie privée. Les interférences entre la vie professionnelle et la vie privée ont été observées principalement chez les cols blancs et les cadres supérieurs. Cela dit, des questions plus privées étaient également traitées pendant les heures de travail. Un compromis équitable, en d’autres termes.

En 2014, les interférences sont devenues évidentes: le score moyen (0 correspondant à une absence d’imbrication, 10 à une imbrication totale) est passé de 4 à 4,4. Avec l’essor du télétravail avant 2023, nous pensions que l’interférence serait encore plus importante.

le droit à la déconnexion freine les interférences

En 2023, cependant, les collaborateurs bénéficient du droit à la déconnexion, ce qui n’était pas le cas en 2008 et en 2014. Ce droit signifie que les employés ont le droit de se déconnecter complètement en dehors des heures de travail. Pas de courriels, pas d’appels téléphoniques ni de messages WhatsApp… Une pause totale, loin du travail.

Les interférences se poursuivent donc, ce qui est peut-être dû aux nombreux télétravailleurs, mais à un rythme plus lent. En effet, le score moyen d’imbrication est de 4,7 (contre 4,4 en 2014).

moins d’enthousiasme pour le surmenage

Le surmenage est plus fréquent: 20% en 2023 contre 13% en 2014, pour être précis. D’une manière générale, les heures supplémentaires effectuées le week-end ou les jours fériés dérangent davantage les gens, comme en 2008 et en 2014. Mais il semblerait que les heures supplémentaires effectuées en semaine sont également moins supportées. En effet, pas moins de 45% des personnes interrogées considèrent qu’il est dérangeant de devoir faire des heures supplémentaires en semaine. Une augmentation de 6% par rapport à 2014.

comment les employeurs réagissent-ils face à cette indisponibilité?

Nous avons cherché à savoir comment les employeurs réagissent au fait d’être indisponible en dehors des heures de travail. 21% des travailleurs ont indiqué que leur employeur le prend mal ou très mal.

Pour le reste des répondants, la situation est tolérée (36%) ou acceptée (43%). Si l’on compare avec l’étude de 2014, l’acceptation et la tolérance semblent augmenter. En effet, à l’époque, 29 % des répondants nous avaient dit que l’inaccessibilité était mal ou très mal perçue. Peut-être parce que les employeurs comprennent que le droit à la déconnexion est juste ce qu’il faut pour le bien-être de leurs collaborateurs?

scale_thumbnail

l'interférences entre le travail et la vie privée: l'étude.

téléchargez l'étude ici

pour un meilleur équilibre entre travail et vie privée

Les interférences croissantes peuvent avoir un impact positif ou négatif sur l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. En général, les salariés parviennent assez bien à combiner ces deux composantes. En effet, le groupe déclarant que l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée se passe bien (scores de 8 et plus) passe de 40% à 48%.

En outre, nous constatons que les personnes dont l’entrelacement est faible (scores de 1 à 4) accordent un score élevé à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée (7,5). Les répondants ayant une forte interférence (scores de 8 à 10) ont attribué une note plus faible à leur équilibre vie privée-vie professionnelle (6,7). Mais ce score est plus élevé que pour le groupe où l’interférence est plutôt moyenne. Ceux qui ont donné à l’imbrication un score de 5 à 7 ont un score moyen de 6,5.

plus d’engagement de la part des employeurs

Quels efforts les employeurs consacrent-ils à l’équilibre entre travail et vie privée? En 2023, le score moyen de satisfaction à l’égard des employeurs passe de 6,2 (2014) à 6,5 (le même score qu’en 2008). Une fois de plus, ce sont les collaborateurs qui pratiquent le télétravail qui sont déterminants. Leur score de satisfaction augmente fortement (de 6,3 à 6,9). Chez les travailleurs en présentiel, le score reste stable.

les affaires privées durant les heures de travail

Le travail prend parfois place pendant les loisirs et les affaires privées se règlent pendant les heures de boulot, c’est une évidence. En 2023, les deux restent parfaitement équilibrés. Non pas parce que, malgré l’augmentation du télétravail, davantage d’affaires privées sont traitées pendant les heures de boulot, mais parce que plus de travail est effectué en dehors des heures prévues.

plus d’infos sur notre étude?

Lisez les résultats par vous-même en téléchargeant notre étude.
 

interférences travail vie privée

téléchargez l'étude ici