la tendance rh pour 2019: l’upskilling, le nouveau mot magique.

De très nombreuses études (notamment certains chiffres de l’OCDE) montrent que trop peu de Belges suivent des formations et des recyclages afin de consolider leur employabilité sur le marché du travail. Ces chiffres indiquent également qu’ils sont peu motivés à suivre des formations. Ce sont surtout les groupes les plus vulnérables sur le marché du travail qui restent à la traîne. Il semble que les employeurs et travailleurs belges sous-estiment fortement l’impact de l'automatisation et de la robotisation sur notre marché du travail et la rapidité de ce changement.

 

En effet, nous savons désormais que l’arrivée des robots et de l’IA (intelligence artificielle) ne conduira pas à des pertes d’emploi, mais qu’au contraire, elle en créera. Mais ceux-ci seront uniquement accessibles aux personnes possédant les compétences adéquates. Ceux qui veulent encore avoir des perspectives d’avenir doivent donc (continuer d') investir en permanence dans l’acquisition de nouvelles compétences. L’upskilling (l’amélioration des compétences) est ainsi devenu le nouveau mot magique des employeurs et des travailleurs.

 

les travailleurs sont positifs

La transformation numérique modifie notre marché du travail, tout le monde est d’accord sur ce point. La question de savoir s'il s’agit d'une opportunité ou d'une menace reste un sujet de discussion. Mais un revirement est nettement visible. Ainsi, l’édition la plus récente de l’étude internationale Randstad Workmonitor (Q4 2018), qui a interrogé 13 600 travailleurs dans 34 pays à travers le monde (entre autres) sur ce sujet, montre qu’une large majorité d’entre eux (74%) considèrent l’impact grandissant de la technologie sur leur travail comme une opportunité de croissance et de développement. 

47% de ces répondants ressentent la nécessité d’acquérir de nouvelles compétences ou d’améliorer leurs compétences pour pouvoir faire face à la numérisation. 59% d’entre eux ont même déjà entrepris des démarches pour en savoir davantage sur l’IA. 

 

l’upskilling: la nouvelle priorité des employeurs

Il est clair que les défis pour les employeurs sont nombreux. La pénurie sur le marché du travail et la lutte acharnée pour trouver de nouveaux talents font qu'il devient difficile pour votre organisation de rester agile (flexible). Ajoutons à cela qu'il est compliqué de déterminer les compétences dont vos travailleurs ont précisément besoin pour se préparer à l’avenir - surtout parce que de nombreux métiers de demain (lien avec wdjm) n’existent pas encore aujourd'hui. 

Pourtant, le moment est venu d'investir dans les compétences de vos collaborateurs si vous voulez que votre entreprise soit prête pour l’avenir. Il ressort du récent rapport upskilling your workforce for the age of the machine du Capgemini Research Institute, que l’upskilling - ou l’amélioration des compétences - des collaborateurs est indispensable pour réaliser l’ensemble du potentiel de productivité de l’automatisation.  La conclusion la plus importante de ce rapport est que l’automatisation en soi n’augmente pas forcément la productivité, mais que les organisations qui combinent l’automatisation avec le recyclage et la reconversion professionnelle en tirent sensiblement plus d’avantages en matière de productivité et de réduction des coûts.

 

les avantages de l’upskilling

Ce rapport contient également des conseils pour développer et mettre en œuvre une stratégie réussie de l’upskilling afin que les équipes puissent absorber les changements liés à l’automatisation. De manière plus large aussi, les investissements dans le développement de votre personnel vous apporteront davantage que des travailleurs bien formés.

  • selon LinkedIn, ‘la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences et de se voir offrir des opportunités de développement intéressantes’ sont les deux principales raisons pour lesquelles les travailleurs changent d’employeur. Il ressort de l’étude Randstad Employer Brand Research 2018 qu’un travailleur belge sur quatre estime l’offre de formations déterminante dans le choix d'un nouvel employeur et que, pour 37% d’entre eux, les perspectives d’avenir sont capitales dans ce choix.

  • l’upskilling (c’est ce qui ressort de nombreuses études) est (notamment) pour les digital natives une puissante motivation à rester fidèle à l’employeur qui a beaucoup à leur offrir dans ce domaine.

  • les organisations qui investissent de manière fondamentale dans une stratégie de formation seront mieux préparées pour l’avenir et moins fragiles face à la pénurie sur le marché du travail que les organisations qui ne le font pas.