l’insertion comme motif de travail intérimaire est sous-exploitée par les PME 

Quelque 14% des entreprises belges ne connaissent pas l’insertion comme motif de travail intérimaire. "C’est une occasion manquée, car le travail intérimaire présente de réels avantages comme filière de recrutement", commente Ann Schils (Randstad).

"Le motif ‘insertion’ est un peu plus lourd sur le plan administratif mais il comporte de nombreux avantages" - Ann Schils, Director Operations Anvers & Limbourg chez Randstad

 

le travail intérimaire comme filière de recrutement? Oui, c’est possible!

 

La Fondation flamande pour l’innovation et le travail a interrogé plus de 2.000 entreprises et organisations flamandes sur leur recours au travail intérimaire. Il en ressort que les grandes entreprises (59%) y font plus souvent appel que les petites (26%).

"Les grandes entreprises se concentrent davantage sur leur cœur d’activité", analyse Ann Schils, Director Operations Anvers & Limbourg chez Randstad. "Or, la recherche de collaborateurs n’en fait pas partie. C’est pourquoi elles confient généralement cette tâche à un spécialiste. Les PME ont plus fréquemment tendance à rechercher elles-mêmes leurs collaborateurs, notamment temporaires. Dans un souci d’économie, bien sûr, mais aussi parce qu’elles estiment – à tort – que c’est la seule manière pour elles de trouver des collaborateurs capables de s’intégrer dans leur équipe."

 

recrutement définitif via un bureau de travail intérimaire 

Les entreprises font appel au travail intérimaire pour plusieurs raisons. Outre la nécessité de surmonter des pics d’activité (48%) et le remplacement temporaire de personnel absent (53%), elles y ont avant tout recours pour recruter de nouveaux collaborateurs (55%).

"Dans cette conjoncture économique favorable, de nombreuses entreprises sont plus performantes qu’il y a quelques années et ont donc besoin de nouveaux collaborateurs", prolonge Ann Schils. "Dans la mesure où leurs réserves de candidatures spontanées se réduisent, elles s’adressent plus souvent à un bureau de recrutement ou à une agence de travail intérimaire."

Pour les entreprises, les agences de travail intérimaire constituent en effet un excellent canal pour trouver des collaborateurs supplémentaires. Pourtant, l’insertion reste un motif de travail intérimaire sous-exploité – surtout par les PME. Certaines entreprises n’en connaissent pas le principe, d’autres trouvent la procédure complexe. 

À tort, affirme Ann Schils. "Le motif ‘insertion’ est un peu plus lourd sur le plan administratif mais il comporte de nombreux avantages. Une entreprise qui veut recruter peut faire connaître son offre d’emploi sous le motif ‘insertion’ auprès de Randstad. Nous analysons les candidats et en proposons un certain nombre. Après une phase de sollicitation, l’entreprise décide avec qui elle veut s’engager et établit un contrat. L’employeur et le travailleur ont ensuite six mois pour apprendre à se connaître, voir s’ils se ‘conviennent’. Le travailleur a la garantie de travailler au moins un mois. Et la période de travail intérimaire s’arrête après maximum six mois. L’entreprise prend alors la décision d’établir ou non un contrat ferme. En l’absence de recrutement ferme, elle peut lancer au maximum trois tentatives de pourvoir au poste vacant via le motif ‘insertion’ dans une période de neuf mois. L’insertion offre également une plus grande sécurité au candidat, car le travail intérimaire lui assure une garantie d’emploi d’un mois. Cela permet enfin d’attirer des candidats qui ont déjà un autre emploi fixe. Dans un marché du travail en pénurie, c’est un aspect important."

 

succès

"Cette méthode de recrutement a prouvé son efficacité", estime Ann Schils. "Nos chiffres révèlent que, dans neuf cas sur dix, le premier candidat est recruté. Les exemples d’inadéquation sont exceptionnels! Un bureau de travail intérimaire dispose à la fois des connaissances nécessaires et d’un vaste vivier de candidats potentiels. En tant que leader de marché, nous touchons la plupart des candidats en Belgique via nos bureaux et notre site Web. Les PME qui désirent atteindre autrement un nombre identique de personnes devront y investir énormément d’efforts, de temps et d’argent. Nous ne pouvons garantir un candidat approprié pour une fonction fixe, mais nous maximisons les chances de succès. Pour toutes ces raisons, l’insertion devrait encore gagner en popularité au cours des années à venir, j’en suis convaincue."