travailler à digitalis.

À quoi ressemblera le monde à l’ère numérique? Pour illustrer sa vision, Thierry Geerts, Country Director de Google Belgique et Luxembourg, propose dans son livre homonyme de nous emmener à "Digitalis". Un pays qui connecte plus de 4 milliards de personnes via l’internet et fait face au plus grand défi de son histoire: réinventer le monde, rien de moins. Santé, économie, mobilité, enseignement, logement… En chaque domaine de la société, la numérisation – dans laquelle Thierry Geerts voit une nouvelle révolution industrielle – propose à la fois des possibilités et des défis inédits.


les robots exercent des tâches, non des emplois

L’idée d’écrire ce livre est venue à Thierry Geerts à l’automne 2016. À l’époque, de grandes entreprises annonçaient restructurations sur vagues de licenciements. Et à chaque fois, on entendait que la numérisation détruisait des emplois. "Trop de personnes sont aveuglées par les emplois perdus à grand bruit à cause de la numérisation, alors qu’au même moment, de nombreux emplois naissent en silence", écrit ainsi Thierry Geerts.

Selon le Country Director de Google, la nouvelle technologie est synonyme de gains de productivité. De ce fait, notre économie gagne en compétitivité, nous pouvons exporter davantage, des emplois se créent et la richesse augmente. D’ailleurs, l’emploi augmente aussi dans les professions classiques, des livreurs de pizza aux fabricants de meubles, tandis que des métiers émergent, tels ceux de data analyst et de digital marketers.

Thierry Geerts ne croit pas dans un marché du travail où des robots nous voleraient nos emplois: "Il n’y a aucune chance qu’en 2030, un robot sonne à votre porte pour réparer un robinet d’eau qui fuit." Il est convaincu que les emplois traditionnels existeront toujours en 2030, même s’ils changeront complètement d’apparence. Les robots et la technologie peuvent reprendre certaines tâches et simplifier le travail, non pas exercer un emploi en tant que tel. Et si des métiers disparaissent, un nombre au moins équivalent de nouveaux emplois prendront leur place.

les entreprises doivent se réinventer

Si la numérisation offre un éventail de possibilités sans précédent, elle place les entreprises devant des défis gigantesques. La concurrence est mondiale, des produits et services innovants apparaissent sans cesse, et les entreprises doivent remettre en cause leur modèle économique. Ces défis contraignent également les entreprises à modifier la manière dont elles appréhendent leurs collaborateurs.

"De nombreuses entreprises sont en train de modifier leur structure pour se rendre future-proof, se préparer aux évolutions à venir, car elles ont conscience de l’urgence d’agir", affirme Thierry Geerts. "Mais elles ne comprennent pas toujours que, ces prochaines années, leur succès ne dépendra pas des produits et des services qu’elles offrent, mais de la mesure dans laquelle leur culture d’entreprise aura évolué et se sera adaptée à la nouvelle ère. Si les collaborateurs sont passionnés et connaissent les objectifs pour lesquels ils travaillent, l’innovation naît naturellement."

 

trois facteurs de réussite

Thierry Geerts voit trois facteurs de réussite cruciaux permettant, à l’ère numérique, de doper l’enthousiasme des collaborateurs envers la mission de leur entreprise.

Le premier est l’ouverture. Les managers doivent être accessibles et partager ce qui se passe au sein de l’entreprise avec tous leurs collaborateurs.

Le deuxième facteur de réussite est la flexibilité. La confiance remplace le contrôle. Les bons managers ne disent pas comment travailler mais veillent à ce que tous les travailleurs aient accès aux personnes, aux opportunités et aux ressources adéquates.

La diversité et l’inclusion elles aussi mènent au succès. L’entreprise a besoin de travailleurs de sexe, d’âge, de culture et de religion différents. "Sans quoi les entreprises risquent de ne comprendre qu’une partie limitée de leurs clients", conclut Thierry Geerts. "Et dans ce cas, elles prendront de mauvaises décisions."


"Digitalis. Comment réinventer le monde", 280 p., Éditions Racine