https://www.randstad.beterug-aan-het-werk-Lieve
Alors que son entreprise commençait à démarrer, Lieve apprenait qu'elle avait un cancer du sein. Il s'ensuivit un traitement lourd d'une année, qui a aussi modifié le regard qu'elle porte désormais sur la vie et le travail. Après sa convalescence, Lieve a repris le travail au rythme d'un jour par semaine. « Retourner travailler, c'est se réintégrer. »

prioriteiten stellen

Na een reeks van internationale managementjobs bij multinationals, besloot Lieve om haar eigen weg te gaan als coach en headhunter. Het orderboekje vulde zich vlot, maar toen Lieve net voor haar vakantie op dokterscontrole ging, volgde een hard verdict. “De artsen stelden een kwaadaardige tumor vast”, vertelt Lieve. “Dat was het startpunt van een parcours van een jaar met een operatie en chemotherapie. Op dat moment ga je heel goed beseffen welke mensen je het meest dierbaar zijn. Je leert ook bewust tijd vrijmaken voor zaken die voorheen niet lukten. Je stelt  prioriteiten, maar ik ging ook nadenken. Ik wou eerder herinnerd worden als een fijn persoon en een goede moeder dan als degene die altijd overuren klopte en overal voor ging.”

een rugzak extra

Over wat ze professioneel wou doen, dacht Lieve toen nog niet concreet na, maar na de behandeling besliste ze om het bestaan als zelfstandige te ruilen voor een vaste job. Lieve klopte aan bij Randstad en ook al voelde ze snel een klik, toch was het solliciteren een aparte ervaring. “Ik wilde heel graag terug deel uitmaken van de actieve bevolking. Je draagt je ziekte nog mee, maar terug gaan werken, is er terug bijhoren. Als je dan binnenstapt voor een gesprek, dan heb je niet enkel een rugzak met werkervaring mee, maar ook een rugzak met je ziekte.”

werken geeft energie

Via het systeem van progressieve werkhervatting ging Lieve voor Randstad aan de slag. Ze haalt veel energie uit het helpen van mensen op weg naar een job.

Lieve: « Ça fait du bien de ne plus être sur la touche. »

établir des priorités

Après avoir occupé plusieurs fonctions de management à l'échelle internationale auprès de différentes multinationales, Lieve Nolmans décide de tracer sa propre voie comme coach et chasseuse de tête. Son carnet de commandes se remplit rapidement, mais alors que Lieve passe un examen médical juste avant ses vacances, la mauvaise nouvelle tombe. « Les médecins ont diagnostiqué une tumeur maligne », explique Lieve. « C'est ainsi qu'a commencé une épreuve d'un an marquée par une opération et une chimiothérapie. À ce moment-là, j'ai parfaitement pris conscience des personnes qui me sont chères. J'ai également appris à libérer du temps pour ce qui ne fonctionnait pas avant, j'ai établi des priorités, mais j'ai aussi beaucoup réfléchi. J'ai réalisé qu'il était plus important pour moi d'être perçue comme une personne appréciée et une bonne mère plutôt que comme celle qui fait des heures supplémentaires et qui court partout. »

un poids supplémentaire

À l'époque, Lieve ne pensait pas vraiment à ce qu'elle voulait faire sur le plan professionnel. Elle savait cependant qu'après son traitement, elle échangerait sa carrière d'indépendante contre un emploi fixe. Lieve a frappé à la porte de chez Randstad et, même si elle a très vite eu un déclic, postuler fut une tout autre histoire. « Je voulais vraiment refaire partie de la population active. Car retourner travailler, c'est se réintégrer. Or quand vous franchissez la porte pour un entretien, vous n'apportez pas seulement votre bagage professionnel utile et vos compétences, mais aussi le poids de la maladie. »

De impact van een slepende ziekte op je persoonlijke en professionele leven kan enorm zijn. Nadien wil je opnieuw aan de slag, maar dat doe je best niet onbezonnen