11% d'étudiants jobistes en plus cet été : la nouvelle législation sur le travail des étudiants neutralise le dernier motif de travail au noir

Cet été, Randstad a mis au travail 11% d'étudiants en plus qu'en été 2016. D'une part, Randstad indique que cette augmentation confirme une fois encore la progression du nombre d'étudiants jobistes dans notre pays depuis plusieurs années, et que le redressement de la conjoncture joue certainement un rôle dans cette évolution. D'autre part, elle est une indication, selon Randstad, que la nouvelle législation a neutralisé le dernier prétexte des employeurs pour occuper des étudiants sans contrat de travail.

toujours plus d'étudiants au travail

Depuis les premières mesures, qui remontent à 2004, l'étude de Randstad sur les étudiants au travail fait état d'une augmentation du nombre d'étudiants jobistes. Avant, les étudiants travaillaient surtout pendant les mois d'été. Grâce à l'assouplissement de la législation, qui a favorisé la mise au travail des étudiants durant le reste de l'année aussi, les étudiants sont désormais de plus en plus nombreux à travailler également en dehors de l'été.

le travail au noir blanchi ?

La modification de la législation semble avoir raison du dernier prétexte des employeurs pour occuper des étudiants sans contrat. Un sondage réalisé auprès des consultants de Randstad révèle en effet qu'il était auparavant beaucoup plus compliqué pour les employeurs de trouver des étudiants pour des missions de courte durée.

"Logique, puisqu'une mission de quelques heures leur faisait perdre une journée de travail complète. Ils donnaient donc la préférence aux missions qui duraient des journées complètes. Depuis le début de cette année, nos consultants ont nettement plus de facilités à recruter des étudiants pour de courtes missions. Pour les employeurs, il n'y a dès lors plus de raisons objectives de mettre au travail des étudiants sans contrat. Les risques du travail au noir ne font en effet pas le poids par rapport aux avantages du nouveau système – très flexible et intéressant – des 475 heures", Jan Denys, spécialiste du marché du travail chez Randstad

Enfin, Randstad prévoit qu'un nombre record d'étudiants travaillera cette année, et que le record de l'an dernier (502.297, source ONSS) sera à nouveau brisé.