100 000 étudiants de moins au travail cet été.

Personne ne contestera que le coronavirus a un impact considérable sur le marché du travail. C'est bien entendu aussi le cas pour le travail étudiant. Au cours des dernières vacances de Pâques, le travail étudiant s'est littéralement effondré, avec une baisse de pas moins de 66 %.

Les mois suivants, on a constaté une forte relance à mesure que le confinement a été assoupli. Par exemple, la diminution au cours du mois de mai par rapport à mai 2019 a été beaucoup plus limitée, mais reste supérieure à 20 %.  Pour cet été, nous estimons provisoirement la diminution à 20%. 

Bien entendu, il reste encore beaucoup d'incertitudes. La diminution du travail étudiant peut se traduire par une baisse des effectifs ainsi que par une diminution du nombre moyen d'heures prestées et par une combinaison des deux.  En supposant un nombre d'heures moyen identique par étudiant, la baisse de cet été s'élèverait à un peu moins de 100 000 étudiants. L'année dernière, pas moins de 466 000 étudiants ont travaillé pendant l'été (chiffres ONSS 2020), un nouveau record. Si l'on soustrait 20 % de ce nombre, cela représente environ 93 000 étudiants qui n'obtiendront pas de travail d'étudiant cette année pendant l'été.

 

le record de 2019

Les chiffres récemment publiés par l'ONSS sur le travail étudiant en 2019 confirment largement les résultats déjà publiés par Randstad Research il y a quelques semaines. Randstad a indiqué que 2019 était une nouvelle année record pour le travail étudiant.  Ceci est confirmé par les chiffres de l'ONSS. Le nombre record d'étudiants au travail en 2018 - 545 000 - a encore été augmenté de 16 000 unités. Ainsi, l'année dernière, pas moins de 561 000 étudiants ont travaillé.

Randstad Research a également déclaré que l'étudiant type ne travaille plus seulement pendant l'été, mais tout au long de l'année.  Jusqu'à 74 % des étudiants actifs ont travaillé à la fois pendant l'été et pendant l'année scolaire. Seuls 15 % d'entre eux n'ont travaillé que pendant l'été et 11 % uniquement pendant l'année scolaire. Ces chiffres diffèrent légèrement de ceux de l'ONSS, où la répartition est de 62 % pendant l'été et l'année scolaire, 21% seulement pendant l'été et 17 % seulement pendant l'année scolaire. La différence est probablement due au fait que Randstad prend en compte tous les jobs d'étudiant (y compris ceux qui ne font pas l'objet d'un contrat). Mais la tendance est également claire dans les chiffres de l'ONSS. Une grande majorité des étudiants (près de deux sur trois) ne travaillent plus uniquement pendant l'été.

tableau du nombre d'étudiants au travail

2012 442.000
2013 447.000
2014 460.000
2015 479.000
2016 502.000
2017 523.000
2018 545.000
2019 561.000

Source: Chiffres clés ONSS travail étudiant 2020