78% des candidats s'enquièrent de la marque d’employeur avant de postuler

78% des Belges s'informent sur la marque d'employeur – la réputation d'une entreprise ou organisation en tant qu'employeur – des entreprises qui les intéressent avant d'y postuler. C'est ce que révèle une enquête réalisée par le prestataire de services en ressources humaines Randstad auprès de 11.000 Belges. 22% indiquent explicitement s'en abstenir. Les hommes sont un peu plus nombreux que les femmes à s'informer (79% contre 76%). C'est également le cas pour les jeunes (84%) et les haut qualifiés (82%). 

lutter contre la pénurie

Le rôle toujours croissant des marques d'employeur – l'image et l'identité des employeurs – sur le marché du travail n'est pas un secret. Selon les études de marché les plus récentes de Randstad, les entreprises voient dans l'employer branding la deuxième stratégie la plus importante pour faire face à la pénurie qui règne sur le marché du travail. 

le site web, premier canal

Randstad s'est dès lors intéressé à la manière dont le public s'enquiert des marques d'employeur et se forge une idée des employeurs potentiels.

Si les réponses au questionnaire révèlent la grande importance dévolue aux canaux numériques, les sources plus traditionnelles sont encore loin d'être supplantées.

  • Le site Internet de l'entreprise ou organisation en question est le principal canal de vérification de l'employer brand (43% - mais seulement 31% chez les profils moins qualifiés).
  • On retrouve en deuxième position l'avis de la famille et des amis (42%). Un chiffre qui grimpe encore chez les femmes (46%) et les jeunes (50%).
  • L'annonce générale dans les médias reste une source importante pour vérifier la marque d'employeur. 24% des répondants s'en informent via la presse papier, 35% sur Internet.
  • Les réseaux sociaux jouent également un rôle clé. Facebook remporte la palme avec 23% des répondants menant leur enquête par ce biais pour évaluer l'attractivité d'un employeur potentiel. Chez les jeunes, ce chiffre atteint même les 40%. LinkedIn doit se contenter d'un 17%, avec un pic de 25% chez les candidats haut qualifiés. Twitter ne fait qu'un piètre 6%, mais double son score (12%) chez les jeunes.
  • Les sites d'offres d'emploi représentent 22%, mais plafonnent à 17% chez les profils moins qualifiés.
  • La publicité (radio, TV, affiches, bannières en ligne) reste, avec 22% des répondants, un canal non négligeable pour se faire une image de l'employeur. Chez les jeunes, ce canal atteint même les 32%.


que vérifient-ils ?

La Randstad Employer Brand Survey – l'enquête qui est à la base de l'attribution du Randstad Award -  nous a permis de sonder ce que les travailleurs jugeaient important chez les employeurs et donc ce qu'ils cherchaient à savoir lorsqu'ils devaient faire un choix. Bien qu'un large éventail de critères intervienne dans ce choix, c'est clairement au package salarial, à l'ambiance de travail, à la sécurité d'emploi et à l'équilibre travail-vie privée que les travailleurs attachent le plus d'importance.   

« Le public se prépare de mieux en mieux à postuler. Le candidat moyen pour un emploi recourt à de nombreux canaux différents pour s'informer sur la marque d'employeur de l'entreprise pour laquelle il souhaite travailler. Les sites Internet des entreprises constituent à cet égard la principale source d'information. Et bien que l'impact des réseaux sociaux ne soit pas encore écrasant, Facebook est un canal largement utilisé par les jeunes pour mesurer l'employer brand de futurs employeurs. Cela dit, les canaux très traditionnels, comme la famille, les amis et connaissances, demeurent très importants. » - Elin De Vits de Randstad