nouvelles

retour à la liste
23-05-2010

Les salariés moins satisfaits de la politique de ressources humaines dans leur entreprise

La crise économique neutralise en partie les effets positifs engendrés par une meilleure gestion des ressources humaines

Bruxelles, le 11 mai 2010. – Les salariés bénéficient aujourd’hui de plus de formations qu’il y a sept ans. Ils peuvent également améliorer leurs prestations grâce à des entretiens d’évaluation. La concertation avec le salarié sur son avenir dans l’entreprise est également plus répandue aujourd’hui. L’occasion leur est donnée de participer à des enquêtes de satisfaction du personnel. A première vue, les récents développements en matière de ressources humaines sont franchement positifs. Pourtant, les salariés se déclarent nettement moins satisfaits de la politique RH dans leur entreprise qu’il y a sept ans. A l’époque, celle-ci bénéficiait encore d’un score de 7/10. Aujourd’hui, ce score n’est plus que de 6,4/10. Cette évolution s’explique sans doute par l’impact de la crise économique sur les salariés. Fait marquant, les salariés se montrent actuellement nettement moins satisfaits quant à l’équilibre entre le travail et la vie privée. Il y a sept ans, le score était de 7,3. Aujourd’hui, il est tombé à 6,8.

Comme en 2002, le bureau d’études ICMA International a interrogé (pendant l’été 2009) 3 000 personnes sur la politique des ressources humaines dans leur entreprise. La principale constatation est que le taux de satisfaction à l’égard du département RH a baissé par rapport à 2003, de 7/10 à 6,4/10. Constatation frappante : l’étude ne permet pas dans son ensemble de trouver une justification objective à cette baisse. On peut supposer que la crise économique explique cette baisse d’appréciation.

Quelques évolutions marquantes. Les salariés suivent plus de formations qu’il y a 7 ans. 60% des salariés ont suivi au moins une formation au cours des 12 mois écoulés. En 2002, ce pourcentage était de 39 %. La plupart des formations se situent dans le prolongement de la fonction exercée. La plupart des formations se déroulent pendant les heures de travail (84%). C’est l’employeur qui paie la facture dans 86% des cas. Cela n’a pas changé depuis 2003. Les plus de 50 ans suivent davantage de formations aujourd’hui ce qui est positif.

Toujours plus d’entreprises (67%) effectuent des entretiens d’évaluation. En 2003, ce pourcentage était de 44% seulement. C’est également le cas pour les plus de 50 ans. Des efforts sont accomplis pour maintenir au sein de l’entreprise cette catégorie de salariés en les motivant réellement. Ce qui est moins positif, c’est qu’il faut constater que les salariés se déclarent moins satisfaits de ces entretiens qu’en 2002. (de 7 à 6,6/10)

Globalement, les avantages extra-légaux gagnent en importance. Parmi les avantages extralégaux les plus appréciés, il faut mentionner par ordre d’importance : l’assurance groupe/pension complémentaire, l’assurance hospitalisation, les chèques-repas, les frais de remboursement, et la voiture de société. Il y a toutefois une grande différence entre les avantages souhaités et ceux qui sont réellement accordés. La voiture de société est l’exemple type de l’avantage plébiscité par un grand nombre de salariés. 40% des répondants souhaiteraient avoir une voiture de société alors que dans la réalité seul un salarié sur cinq y a droit.

Ce qui est inquiétant, c’est que l’équilibre entre le travail et la vie privée est jugé moins bon. Le taux de satisfaction a baissé de 7,3/10 à 6,8/10. Un recul dans toutes les catégories. Mais plus la fonction est élevée, plus le recul est important. Globalement, les salariés ne sont pas entièrement satisfaits des systèmes de flexibilité proposés. (horaires variables, temps partiel, crédit-temps, congé parental…) Les scores restent en dessous de 6 pour la plupart de ces formules. Seul le congé parental obtient un score de 7. Les profils les plus qualifiés sont les plus critiques. Ces scores relativement bas sont étonnants car il faut bien constater que la flexibilité en matière d’équilibre travail-vie privée n’a fait qu’augmenter depuis 2003. Les salariés d’aujourd’hui se montrent donc plus exigeants. Serait-ce une conséquence d’une intensification croissante du travail ?

Téléchargez ici l'étude de marché 2010


Pour plus d’informations: Jacques Hermans, 0475 31 40 90

Vous souhaitez recevoir tous les communiqués de presse Randstad via RSS? Il suffit d'ajouter http://www.randstad.be/rss/press/fr à votre RSS reader.

Le spécialiste des ressources humaines Randstad (recrutement et sélection, outplacement, formations, agences in-house, projets en ressources humaines, secrétariat social, détachement, consultance, titres-services) est le plus grand employeur de Belgique. Chaque semaine, l'entreprise met en moyenne 30 025 personnes au travail auprès de 17.750 clients différents. L'entreprise, leader belge dans le domaine de l’intérim, de l’outplacement et des titres-service, compte 1 325 collaborateurs et possède 258 agences réparties dans le pays. En 2009, Randstad a réalisé en Belgique et au Luxembourg un chiffre d'affaires dépassant les 850 millions d'euros.

retour à la liste